• Aventures d'une pilote yogini... chapitre 6

    6. JE SERAI PILOTE DE BOEING !

     



    Le défi ultime

    Après Paris glauque et froide, voilà Lyon et la famille. Où je ne fais que pleurer : les larmes du manque, des amours cassés, des souvenirs brisés, partout il n'y a que des douleurs… Vite, partir !

    Casablanca.
    Stage Qualification Technique Boeing 737 à l'école de pilotage Niveau 2000 dans les locaux de la RAM, Royal Air Maroc. Logement dans un hôtel de la ville, près des plages. Avec un petit groupe de pilotes français qui comme moi ont raclé les fonds de poches et décroché un emprunt bancaire, nous nous retrouvons sur des bancs d'école, devant un ordinateur, à étudier les caractéristiques de cet avion qui nous fascine tous, le petit Boeing 737. Circuits de l'avion, voilure, cellule, moteurs, hydraulique, électricité, air et pressurisation, tout y passe ; nous décortiquons l'avion dans ses moindres détails et vérifions nos connaissances par des tests.
    Prêts pour le simulateur ?

    C'est parti. Nous voilà comme dans le vrai Boeing, enfin presque : le premier simulateur de vol en fait ne vole pas, c'est un simulateur fixe, peu cher, qui nous permet de nous familiariser avec les instruments, le cockpit, les procédures, et quelques opérations de base comme le démarrage des moteurs, un petit vol sans histoire.Je passe mon temps à étudier : au centre de la RAM sur les ordinateurs, à l'hôtel pour préparer les séances, sur la plage en répétant mentalement les mille et une procédures que nous devons connaître par coeur ; et peu à peu les secrets du petit Boeing se dévoilent…
    J'ai laissé mes peines de coeur quelque part au fond d'uncoffre fermé à triple tour, afin de me consacrer pleinementà cette étape importante dans une vie de pilote : la première qualification Jet*, avion à réacteurs.

    J'adore mon nouvel avion, et imaginer que bientôt je serai assise dans un vrai cockpit de Boeing 737 me laisse perplexe, comme incrédule… Est-ce vraiment possible ?
    Est-ce vraiment moi qui fais tout cela ? Je ressens une joie enfantine en pensant que : « et bien oui, bientôt je serai pilote de Boeing ! »

    Pourtant c'est vraiment très difficile.
    Un de nos instructeurs est particulièrement dur avecnous et quoi que nous fassions, il ne sait que nous rabaisser,nous humilier, les autres stagiaires et moi-même. Nous partageons souvent nos peines mais n'osons rien dire car cet instructeur vétéran, chef de la branche de l'école française Niveau 2000 ici détachée, nous semble intouchable. Sa méthode est probablement une conséquence de ses frustrations personnelles : il a été exclu de l'aviation pour raisons médicales et ne peut plus voler. Il semble toujours aigri et nous en payons les conséquences. Alors que nous entrons dans le simulateur sans aucun briefing de préparation, donc sans aucun moyen pour anticiper notre séance, nous faisons systématiquement de nombreuses erreurs. Et là, l'instructeur tyran nous incendie de monstrueuses engueulades. Il nous crie véritablement dessus, hurlant que nous ne connaissons pas notre avion,
    que nous sommes incapables de prendre la bonne checklist, que nous sommes des minables etc. Bref, il nous reproche de ne pas savoir ce que lui même devrait nous enseigner.

    Cet homme est sans aucun doute psychologiquement malade, mais nous, petits élèves pilotes de Boeing, nous sommes terrorisés par son enseignement et n'osons rien dire à personne, ni aux autres instructeurs, ni surtout à l'école mère qui est en France. Alors cette qualification Boeing 737 qui aurait pu être un régal de découvertes et d'enrichissements, une belle aventure dans nos carrières de pilotes, devient un véritable cauchemar, que nous payons tous une fortune !

    Bien sûr tout ce cirque est inadmissible. Mais voilà, selon ses dires, notre tout-puissant chef instructeur tient notre avenir entre ses mains : il nous a malicieusement fait comprendre que si nous voulions une place de copilote sur Boeing en sortant de stage, mieux valait nous tenir tranquille (et donc nous soumettre à sa tyrannie) car il connaît tout le monde dans l'aviation. Ce chantage non dissimulé finira par nous écoeurer tous et c'est dans la douleur et les larmes que se termine cette Qualification
    Boeing 737.

    Enfin j'ai mon papier ! Je suis qualifiée pour voler sur Boeing 737 ! Je crie de joie à l'océan infini… et aussi de soulagement. Je veux oublier au plus vite cette école maudite et son instructeur venimeux pour aller voir de nouveaux horizons sur les ailes de mon bel avion !

    De retour en France, je pose mes bagages à Félines, où est ma maison. Poussée par un urgent besoin de sécurité mêlé au secret espoir du retour de Jules, séduite par cette région couverte de vignes et d'oliviers, le Minervois, j'avais eu le coup de foudre pour cette vieille bâtisse un peu délabrée en plein centre du village de Félines, alors que j'étais encore instructrice à l'aéroclub de Castres Mazamet. J'avais espéré la rénover afin d'y accueillir notre future famille, puis je suis partie en Guyane… La maison est restée telle quelle, les chambres vides, les murs délabrés, la cour inhabitée et le four à pain fermé. Elle est mon refuge ; c'est là que, entre mes voyages, je panse mes blessures et cache mes peines.

    A présent, c'est le printemps et je suis pilote de Boeing !
    Qui va m'embaucher ? Avec quelques trois mille heures de vol acquises sur avions légers, tant en instruction qu'en transport, je n'ai malgré tout qu'une seule heure de vol sur le Boeing, la seule nécessaire pour la qualification, le reste du travail se déroulant sur simulateur. Pleine d'espoir, j'envoie des candidatures à toutes les compagnies françaises basées en France dont la flotte possède des Boeing 737 et j'attends, tout en faisant du simulateur simulé pour garder en tête toutes les procédures et maintenir mes neurones éveillés. Car un pilote n'a de valeur pour une compagnie que s'il est entraîné.


    Les expériences

    Ceci dit j'ai aussi d'autres livres que les livres d'aviation.

    En Guyane j'avais commencé à découvrir les Enseignements Orientaux, Taisen Deshimaru, les pratiques de la philosophie Zen, Alexandra David Néel et les Enseignements secrets des Bouddhistes Tibétains ; alors je continue sur ces pistes fascinantes : je m'inscris à un cours de Tai-Chi à Béziers et surtout, ce sont des expériences de vision qui m'interpellent…

    Peut-être la « Vision Pénétrante » des Bouddhistes Tibétains ?
    Peut-être le fameux « Voir » de Don Juan, le Maître Chaman de Carlos Castaneda ?
    Peut-être la vision de la Conscience, le « Troisième Oeil » qui s'éveille ?

    En tous cas, à la sortie de Félines, il y a un arbre, très beau, élégant, à la ramure très équilibrée, portant ses branches comme des bras remplis de fleurs qu'il semble offrir au ciel. Son tronc agréablement proportionné est bien campé dans le sol, non loin de la route où je passe. Et un jour, je Vois l'arbre Danser. Oui. Avec un certain regard, je Vois l'arbre danser, alors que ma voiture file sur la route.
    Bien sûr, l'on peut dire que c'est une histoire de mouvements relatifs avec des repères fixes ou mobiles… peu importe. Pour moi, l'arbre danse, et je l'appelle « Ouverture ». Il devient vite mon ami et chaque fois que je passe sur la route, je le remercie de danser si joliment. Il me donne beaucoup de joie et me fait penser à mon autre ami, le géant Ceiba Pentendra, le grand arbre de Guyane.

    Et puis il y a une autre expérience.
    Cette fois je me sens devenir Alice au pays des merveilles : un jour je marche dans la garrigue, les vignes, les cailloux. Et voici un petit vallon, avec des arbres tranquilles. Je m'assoie sur des pierres, reste immobile, silencieuse et regarde les arbres. En un instant, je Sais qu'ils se parlent entre eux. Alors que je capte cela, j'Entends qu'ils m'invitent à leur thé de quatre heures, oui, c'est ainsi. Et je ne suis nullement surprise ; c'est normal, les arbres aussi se parlent, et ils ont bien le droit d'avoir leur thé de quatre heures. Ce qui m'a paru un peu moins normal, c'est qu'ils m'aient invitée ; et de cela je leur suis infiniment reconnaissante.
    C'était vraiment un bel après-midi.

    Un jour, un coup de téléphone.
    « Allo, mademoiselle Mirabelle ?
    – Oui, c'est moi
    – Bonjour, je suis le chef pilote d'Air Calin, Monsieur Noulet en Nouvelle Calédonie. »
    Oups… mon coeur fait des bonds !
    « Heu… oui… Très bien, je vous écoute Monsieur Noulet.
    – Nous avons reçu votre candidature et votre profil nous intéresse, seriez-vous prête à venir d'ici une
    semaine ? »
    Heu… Quoi ? Moi ? En Nouvelle Calédonie ? Je rêve ?
    « Heu… et bien… et bien… Est-ce que j'ai bien compris ? Vous me proposez un poste de copilote dans votre compagnie ? En Nouvelle Calédonie ? C'est bien cela ?
    – Oui, oui, c'est cela, nous vous envoyons un contrat par fax, vous le lisez, et si vous êtes d'accord, vous signez et vous nous le renvoyez. Vous recevrez vos billets d'avion à l'aéroport et vous aurez un logement à l'arrivée.
    – Ah… mais… je ne sais que dire ! Je suis très heureuse ! Oui, oui, je vais lire le contrat et vous le renvoyer. Merci Monsieur, merci, à bientôt ! »

    Un hurlement de joie sort de mon corps à peine posé-je le téléphone !
    « Je vais voler sur un Boeing 737 en Nouvelle Calédonie ! »

    C'est incroyable ! Me voilà propulsée dans un autre coin de la planète, de l'autre côté de la Terre ! Pourtant, je n'ai contacté que des compagnies françaises, basées en France ; je voulais rester en France, dans ma petite maison de Félines en Minervois… Comment donc Air Calin, basée en Nouvelle Calédonie, a-t-elle pu recevoir ma candidature ? Cela est un bien étrange mystère…

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Suite dans très peu de temps avec le chapitre 7 ....

    Les premiers vols de Mirabelle en Boeing...
    et ... l'arrivée du Yoga dans sa vie... la porte s'ouvre !

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

    Pour découvrir le BLOG du livre, c'est ici : photos, extraits, et d'autres publications vous attendent!

    Pour commander le livre, versions PAPIER ou NUMERIQUE :

    TOME 1 ici

    TOME 2 ici

    Bonne lecture !

     

    « Aventures d'une pilote yogini... chapitre 5Aventures d'une pilote yogini, chapitre 7 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :