• Aventures ... extraits ... le Grand Amour

     

    La rencontre ....

    Enfin le contact est établi, ou rétabli ?

    Car c’est instantané, nous nous sentons comme retrouvés ; c’est comme si nous nous connaissions depuis toujours.
     

                                                      « Elle est retrouvée, l’éternité… »

     

    Le GRAND AMOUR

     

    Aventures ... extraits ... l'amour

     

    Enfin le contact est établi, ou rétabli ?

    Car c’est instantané, nous nous sentons comme retrouvés ; c’est comme si nous nous connaissions depuis toujours.
     

                                                      « Elle est retrouvée, l’éternité… »

    Il est potier, il travaille chez son père pour gagner des sous, mécanique et gros engins. Je suis en fin de première année d’architecture ; j’ai laissé tomber les calculs en fin de prépa après avoir trop pleuré sous la pression tyrannique d’un prof de maths sadique.

    Architecture ou le rêve du « Dernier tango à Paris », la beauté de l’Art, le dessin dans les musées, j’adore !
    Nous sommes début juin 1979 ;

    Vais-je finir mon année d’archi ?
    Le prince charmant tant rêvé est arrivé dans ma vie : ses yeux verts, ses cheveux en fouillis, son allure, son regard, sa voix, tout en lui me subjugue ; et il est comme moi, rebelle ; on est pareils, comme frère et sœur.


    Sur ses bras il y a deux tatouages qui m’interpellent : l’un représente une route avec un soleil levant au bout, le symbole des routards; l’autre tatouage ressemble à un « E » à l’envers, ou à un « 3 » à l’endroit ; il me dit que c’est un « Om », je ne sais pas du tout ce que c’est, et apparemment lui non plus.

     

    Aventures ... extraits ... le Grand Amour

     

    Aventures au Maroc, le rêve éveillé

     

    Au bout de trois mois dans notre village refuge, mes blessures étant bien guéries, nous sentons l'appel des pistes, l'appel des feux de camp, l'appel de la vie sauvage. Alors avec moult remerciements et cadeaux, nous prenons congé de nos hôtes charmants, et partons à la découverte des montagnes de l'Atlas.
    Les lits des rivières asséchées voient nos campements passer, les mules nos amies nous réveillent le matin avec une léchouille sur le nez, partagent le thé avec nous, et nous partageons tout avec elles.
    Ah ! Nous sommes vraiment heureux.
    Toute notre vie est là, dans l'instant de chaque instant, dans le regard des mules qui sourient, dans les chouéris qui portent nos vies, dans chaque pas que nous faisons sur les chemins...

    Oui, tout est là.
    Ici et maintenant.
    Nous vivons le présent.
    Nous vivons l'éternité.

    Bientôt Mona Lisa, notre mule nous donne une belle leçon : nous longeons une rivière qui cette fois n’est pas à sec et présente même un fort courant ; Jules est à l’avant, menant le convoi, je suis derrière. À notre gauche la paroi de la montagne borde le chemin ; à droite un à-pic descend abruptement vers la rivière. Soudain Mona Lisa stoppe.. Jules tire doucement la longe pour l’enjoindre à avancer ; je tapote doucement son arrière-train pour l’encourager à bouger.

    « Arrra Arrazidera ! »…

    Rien. Pas un mouvement. Que se passe-t-il ? Mona Lisa ne nous a pas habitués à ce genre de caprice. Qu'y a-t-il donc qui l'empêche d'avancer ?

    « Arrra... arrrazzziderra...arrazzidd...»

    Les mots magiques restent sans effet. Aucun mouvement, elle semble butée. Sans comprendre et bien décidés à quitter cette situation, nous forçons gentiment Mona Lisa à bouger. Jules tire à l’avant et je pousse à l’arrière. La réponse de Mona Lisa ne se fait pas attendre.

    « Ah vous voulez avancer ? Et bien allons-y ! » semble-t-elle nous dire.......

     

    Aventures ... extraits ... le Grand Amour

     

    Nos plus belles années ...

     

    À côté des vols, je travaille dans des restaurants, pizzerias, glaciers aux Saintes Maries de la mer tandis que Jules s’occupe des chevaux d’une femme Anglaise très bizarre, riche et seule, mais apparemment pas très heureuse puisque nous la trouvons souvent complètement ivre au soleil levant des petits matins.

    Nous vivons heureux et en paix sous le ciel splendide de Camargue.
    Ce sont certainement nos plus belles années.
    Elles précèdent une succession de tempêtes terribles… mais nous ne le savons pas encore.

    J’ai même du mal à croire à ce que je vis : je me sens bénie, comme bercée de trop de bonheur ; j’ai un métier que j’adore, un homme que j’adore, un chat qui vient nous visiter et nous avons même des chevaux ; nous habitons en Camargue dans notre nid douillet, à sept ou huit kilomètres d’une plage sauvage, réservée aux résidents locaux, un privilège ; notre petite maison tranquille à Sylvéréal abrite notre amour, et bien que les voisins me plaisent de moins en moins, je nous sens posés, heureux, dans une région qui plus est, préservée. Après bien des hauts très hauts et des bas très bas, notre couple farouche et fougueux semble avoir trouvé son équilibre.

     

     

    Aventures ... extraits ... l'amour

     

    « Aventures .... extraits .... pilote de brousse sur la forêt amazonienne ....Aventures... extraits.... l'amour... toujours l'amour... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :